Skip to content

6 mythes sur la publicité « long-form »

Les gens ont le temps de lire et vous n’avez pas à dissimuler votre pitch pour la fin de l’article.

Vous souvenez-vous des publireportages? Ce vieux terme qui fait référence à quelque chose qui semble pourtant si «frais»: le contenu promu-natif-commandité-de-marque (merci à Jeff Jarvis pour l’inspiration).

Le contenu de marque, ce n’est pas que de la vidéo. La vidéo peut bien sûr avoir un grand impact mais elle vient avec des coûts de production parfois élevés et vous ne pouvez pas publier votre vidéo dans un magazine (si c’est là que votre audience passe du temps).

Du contenu de marque écrit peut parfois être essentiel pour vous assurer que vos activités de marketing de contenu ont un reach optimal. Et dans ces cas, la publicité très (photo-)graphique n’est peut-être pas la solution.

Et c’est ici que le contenu écrit «long-form» peut entrer en jeu.

Mais faire un contenu long ne se résume évidemment pas répéter votre message pendant 3 000 à 10 000 mots.

Aujourd’hui, je vous partage un article très intéressant, publié du côté d’Open Sky Copywriting, qui vise à défaire six mythes sur le contenu écrit long:

  1. Les gens n’ont pas le temps de lire de longs contenus: Les articles les plus populaires sur Google et les médias sociaux sont très souvent des contenus longs.
  2. Beaucoup de mots signifie beaucoup de bla-bla: si vous vous assurez de répondre à toutes les questions et objections de votre audience, vous avez besoin d’un contenu long. Pas de bla-bla ici.
  3. Un contenu long doit être super vendeur: s’il y a de la valeur dans votre contenu, pas besoin d’être vendeur. Le contenu fait le travail par lui-même.
  4. Le contenu long est réservé aux offres dispendieuses: la technique sert parfois à vous aider à vendre quelque chose qui est plus dur à expliquer, quelque chose qui n’a pas à nécessairement être dispendieux.
  5. Vous devez garder votre pitch de vente pour la fin: partons de la base que le contenu en entier veut vendre quelque chose. Ne le cachez pas à la fin. Ne tentez pas de berner votre lecteur. Faites votre «demande» plus d’une fois. Si votre contenu offre de la valeur, votre pitch sera d’autant mieux reçu.
  6. Le contenu long performe toujours mieux: le contenu long performe mieux si c’est la bonne chose à faire. Écrire 1 000 mots de plus ne vous apportera pas de meilleurs résultats. Assurez-vous de ne pas ajouter de bla-bla (voir point #2).

Voilà. Convaincu? Si ce n’est pas le cas, rendez-vous du côté d’Open Sky Copywriting.