Skip to content

Apocalypse des cookies et contenu

Le contenu est essentiel dans l’ère de l’apocalypse des cookies.

Avec le déploiement de sa récente mise à jour iOS, Apple a porté un premier coup à Facebook (et à d’autres) et à leur capacité à collecter des données sur leurs utilisateurs, même lorsqu’ils n’utilisent pas leur application (par exemple, Facebook a pu suivre les utilisateurs d’Apple sur des millions de sites web parce que les propriétaires de ces sites avaient installé les scripts de suivi de Facebook).

En termes (très) simples, ce qu’Apple a fait avec sa mise à jour a été de commencer à demander aux propriétaires d’iPhone et d’iPad s’ils voulaient être suivis par Facebook (et d’autres) afin qu’ils puissent voir des « publicités personnalisées. »

Je parle au passé, car des données récentes ont montré que moins de 4% des utilisateurs ont choisi d’être suivis… ce qui est bien en deçà de ce que de nombreux acteurs du secteur du marketing avaient estimé à environ 40%.

Nous utiliserons Facebook comme exemple, mais cela s’applique à tous les autres qui utilisent cette approche de suivi de ses utilisateurs. Cela signifie que Facebook dispose désormais de beaucoup moins de données sur les utilisateurs d’iPhone qui ont choisi de ne pas participer et ne sera donc pas en mesure de diffuser des publicités aussi pertinentes que par le passé. C’est un coup dur pour l’ensemble de leur modèle d’affaires.

Certes, les utilisateurs d’iPhone et d’iPad ne représentent pas la grande majorité des utilisateurs d’Internet, mais cela indique néanmoins une tendance claire sur ce que les gens trouvent acceptable en termes de suivi: pas grand-chose.

Et cela vaut également pour les marques qui devront désormais de plus en plus collecter elles-mêmes des données (données de première partie, first-party data) au lieu de s’appuyer sur des scripts externes qu’elles peuvent installer sur leurs sites web et leurs applications afin qu’un tiers puisse collecter ces données pour elles, souvent appelées third-party data (je simplifie beaucoup trop tout cela, mais pour les besoins de cet article, je ne voulais pas trop m’attarder sur l’aspect technologique de la situation).

C’est ce que beaucoup appellent l’apocalypse des cookies.

Un article récent de inc.com l’explique un peu plus en détail, mais je souhaitais vous emmener un peu plus loin.

Comment tout cela est-il lié au contenu?

La collecte de données nécessite un comportement. Vous pouvez recueillir des données sur les utilisateurs et les visiteurs s’ils passent réellement du temps et accomplissent des actions sur vos sites web et vos applications.

Si vous n’avez que quelques pages de produits et que votre site web est très axé sur la conversion, les gens viendront, regarderont le produit, prendront une décision (en votre faveur ou non) et partiront.

Ce n’est pas une bonne chose à l’ère des données de première partie (first-party data). Vous n’apprenez pas grand-chose sur vos utilisateurs.

Comment pouvez-vous en apprendre davantage sur vos utilisateurs?

En leur offrant du contenu. En leur fournissant de la valeur qui les incite à passer plus de temps avec vous, qui les fait revenir parce qu’ils ont trouvé des réponses à leurs questions et satisfait leurs besoins lors de leur dernière visite, etc.

Chez Toast, nous travaillons d’arrache-pied à la création et à la production de contenu qui garantira que votre marque apporte de la valeur à ses clients et consommateurs, ce qui générera en retour des données que nous pourrons vous aider à collecter afin de mieux segmenter et atteindre ces derniers pour générer une action positive.

Le contenu est l’une des clés de la qualité des données de première partie (first-party data).

Le contenu vous permet de positionner votre marque comme étant utile aux yeux de vos visiteurs, abonnés, clients, consommateurs.

Le contenu vous permet de détecter l’intention.

Le contenu vous permet de mieux segmenter.

C’est pourquoi nous avons développé des approches de stratégie de contenu qui font exactement cela: déployer un contenu qui sert à la fois la marque ET l’utilisateur.

Avez-vous mis à jour votre programme de contenu pour refléter cette nouvelle réalité? Dans quelle mesure votre bibliothèque de contenu est-elle prête à fournir cette valeur pour faciliter la collecte de données de première partie (first-party data)? Nous sommes là pour vous aider.