Coupable d’être plate sur les médias sociaux?

Devenez un maître dans l’art d’écrire des statuts qui font l’envie de tous.

D’abord, pourquoi doit-on éviter d’être plate?

Y’a rien de pire qu’être ennuyeux sur les médias sociaux. Avec tout le bruit qu’il y a, personne n’a besoin d’une autre intervention plate ou inutile. C’est une question de respect pour l’audience et pour vous.

Vraiment, vous êtes mieux de ne rien faire que d’interrompre les gens pour leur dire n’importe quoi. Surtout si vous êtes une marque!

Pourquoi êtes-vous plate?

Il y a plusieurs raisons à un post ennuyeux : la paresse, le manque de créativité, la fatigue, l’influence des autres, ou juste ne pas être capable de distinguer ce qui vaut la peine d’être dit ou non. Ça se peut.

Mais tout n’est pas perdu pour vous. Même le plus créatif d’entre nous a déjà été coupable de platitude. Il y a des solutions.

Voici un guide à mettre dans vos signets afin d’éviter l’erreur de publier un autre statut qui fait rouler les yeux.

Quelques règles de base

Éviter le vaguebooking.

C’est pire que le clickbait. Le vaguebooking, c’est d’être intentionnellement vague dans une publication sans présenter d’indices sur le contexte. Par exemple :
“C’est vraiment la dernière fois que ça m’arrive! Les gens comme ça, je n’en veux plus dans ma vie!” Soyez clair.
(Explication du vaguebooking sur Branchez-vous)

Ce n’est pas à propos de vous.

Il faut apprendre à se mettre dans la tête de ceux qui vont lire. Bravo pour votre Pad Thaï réussi ou pour votre choix de bouteille de Chianto Classico et votre belle soirée. Quand on publie sur les médias sociaux, on doit se mettre dans la tête de l’audience qui va tout de suite se demander “What’s in it for me”. Le « fun » que vous avez eu ne se transmet pas vraiment dans votre publication.

PLUS >  La science derrière la création de contenu mémorable

Double validation.

À moins que vous soyez le Xavier Dolan des Internets, demandez à un collègue ou un ami de commenter votre publication.

Privilégiez des contenus riches

Dans l’hiérarchie des contenus, une histoire ou production originale vaut plus que le relai d’un article, qui lui vaut plus qu’un texte sans images. Si vous partagez un lien, marquez-le d’un commentaire.

Soyez indulgent, envers vous-même.

Vous ne deviendrez pas le Picasso de Facebook du jour au lendemain. Devenir pas plate demande une rigueur et une pratique quotidienne, et beaucoup d’essais-erreurs. Vous pouvez aussi pratiquer le batching: parfois ce n’est pas « urgent » de publier. Faites un premier jet et revenez-y le lendemain.

 

Des questions litmus pour le contrôle de qualité

Pour vous aider, voici trois questions auxquelles vous devez répondre oui avant de publier.

  • Est-ce que ce contenu est divertissant et/ou utile?
  • Est-ce que quelqu’un voudrait vraiment partager ce contenu ou en parler à quelqu’un d’autre?
  • Est-ce que ce contenu parle davantage pour l’audience que pour la marque?

Quoi d’autre?

 

 

David Pieropan,
VP Contenu de marque, Toast Studio