La génération Alpha arrive – et ses membres pourraient nous faire repenser complètement le marketing!

Née entre 2010 et 2024, la génération Alpha est la prochaine vague qui touchera tous les marchés au cours de la prochaine décennie. Êtes-vous prêt ?

Nous estimons qu’il est utile de classer les générations en groupes présentant des caractéristiques similaires afin de faire des projections éclairées sur les meilleures façons de les cibler. Il y a eu la génération des baby-boomers, les millénariaux (aussi appelés milléniaux), et ainsi de suite jusqu’à la génération Z. La dernière à apparaître sur notre écran radar est la génération Alpha (également appelée génération Glass, Gen Alpha, Upagers, les Alphas, Génération globale et Multi-modals).

La génération Alpha représente les consommateurs potentiels nés entre 2010 et 2024. Ses membres les plus âgés approchent tout juste du statut d’acheteur. Ils sont nés pour être numériques, et ceux qui ont vécu une longue quarantaine (lors du confinement de la pandémie 2020) ont déjà peaufiné leurs habitudes de consommation en ligne. Ces jeunes savent déjà comment faire valoir leurs points lorsqu’il s’agit d’influencer les décisions d’achat des ménages, et leur force ne fera que croître à mesure qu’ils façonneront l’avenir du marketing.

Si les Alphas ne font pas encore partie de votre stratégie de marketing de contenu, ils devraient le faire. Voici quelques faits surprenants tirés du rapport australien McCrindle Research sur la compréhension de la génération Alpha, qui devraient vous faire réagir:

  • Une personne sur sept fait actuellement partie de cette génération, et plus de 2,8 millions de nouveaux membres de la génération Alpha naissent chaque semaine!
  • Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette génération croît rapidement! À ce rythme, on s’attend à ce qu’il y ait 2,2 milliards de Multi-modaux d’ici 2025.
  • Les tendances indiquent qu’il s’agira de la plus grande génération et qu’elle vivra encore plus longtemps. Ils seront plus nombreux que les baby-boomers et beaucoup vivront jusqu’au 22e siècle.

Mais que signifient tous ces chiffres pour les professionnels du marketing d’aujourd’hui qui tentent de développer du contenu de marque pour attirer la nouvelle génération ? Voyons cela de plus près.

Qu’est-ce qui fait tiquer la génération Alpha ?

“La génération Alpha est l’étape naturelle qui suit les natifs numériques (Digital Natives). Leur compréhension de ce que cela signifie d’être connecté à d’autres personnes, de posséder quelque chose et d’utiliser des éléments de leur propre expérience pour créer quelque chose d’entièrement nouveau donnera naissance à un groupe de jeunes comme nous n’en avons jamais vu auparavant – ils seront complètement détachés du temps, de l’espace, du lieu ou des personnes. »

– Dr. Thalia R. Goldstein, Université George Mason

D’après les études d’audience, cette nouvelle génération de consommateurs donne déjà un aperçu de ce qui nous attend:

  • La technologie est à la mode: Ils sont nés la même année qu’Instagram et l’iPad, ont été sevrés avec LeapFrog, ont suivi des cours à domicile pendant le COVID et exigent déjà un accès 5G. Ces indices devraient être un assez bon indicateur de leur aisance avec la technologie. En grandissant, ils voudront un accès plus rapide et plus précis aux informations et à la technologie.
  • La communication à la vitesse de SnapChat et du streaming: C’est rapide, c’est furieux, c’est là et c’est parti. Ces jeunes communiquent à la vitesse de la lumière. Ils reçoivent un message et y répondent immédiatement. Ils ont une question et obtiennent une réponse instantanée de Siri. Imaginez comment cela va se traduire dans leur approche des décisions d’achat au cours des prochaines années, puis réfléchissez à ce que votre marque, votre produit ou votre service doit changer pour pouvoir y répondre. Cela signifie des capacités de recherche adaptées aux téléphones portables et à la voix, la mise à disposition d’un flux constant de brèves informations pour des connexions instantanées, et la garantie que votre stratégie de contenu fournit des informations de manière toujours accessible.
  • Un plus social: Cette génération n’a jamais connu le délai d’une lettre ou l’attente d’un appel téléphonique pour interagir avec les autres membres de son cercle social. Tout est là, au bout de leurs doigts. Cela signifie que les spécialistes du marketing devront également s’imposer dans ce cercle d’influence. Il faudra peut-être davantage de vidéos sur YouTube ou en direct, des spécialistes du marketing des médias sociaux, des podcasts ou la participation d’influenceurs des médias sociaux pour attirer leur attention et les inciter à passer à l’étape suivante du parcours d’achat.
  • Attachement « contesté »: Les ménages ne sont plus ceux de la famille nucléaire traditionnelle; ils peuvent compter un ou deux parents, du même sexe ou différents, et la composition de la famille peut changer au fil des ans, au gré des allées et venues des parents et des frères et sœurs. La famille peut déménager fréquemment, il peut donc être difficile de nouer des relations à long terme avec des amis, des voisins et des camarades de classe. Ils ne chercheront probablement pas un emploi ou une carrière à vie, et pourront passer facilement d’une activité à une autre. Toute cette fluidité pourrait indiquer qu’il sera plus difficile que jamais de nouer des relations significatives avec eux lorsqu’ils deviendront des consommateurs adultes. Le magasin de quartier n’a pas le même attrait pour quelqu’un qui peut commander instantanément ce qu’il veut de n’importe où dans le monde. Le contenu de l’avenir devra s’attarder à renforcer continuellement ces liens et à rappeler aux prospects/clients pourquoi ils ont vraiment, vraiment envie d’acheter chez vous.
  • La diversité: Les frontières raciales et ethniques étant de plus en plus floues, la génération Alpha est continuellement exposée à la diversité en ligne et dans la vie courante. Les spécialistes du marketing de contenu ne peuvent plus se permettre de prétendre qu’ils s’adressent à un seul groupe monolithique. Ils devront développer des stratégies qui communiquent de manière inclusive avec des populations et des milieux différents, en présentant les informations de manière à ce qu’elles plaisent à tous.
  • L’éducation: Avec le dévouement affectueux de parents qui leur permettent de rester à l’école plus longtemps, les Alphas ont le potentiel de devenir très instruits. Pensez à communiquer de manière à encourager la recherche et le partage des connaissances.
  • La communauté: Il est difficile pour les Alphas d’établir des relations de confiance lorsque le monde qui les entoure change si rapidement. Ils se tournent vers leurs réseaux en ligne pour obtenir des informations et des conseils, en particulier lorsqu’il s’agit de prendre des décisions d’achat. À l’avenir, il sera de plus en plus important pour les spécialistes du marketing de cultiver les principaux influenceurs de ces réseaux de consensus et d’obtenir leur approbation des approches marketing.

Quand la génération Alpha exercera-t-elle vraiment son pouvoir d’achat ?

À l’heure actuelle, les membres les plus âgés de la génération Alpha sont à peine entrés dans l’adolescence, mais ces prochaines années vont passer très vite. L’année 2030 approche rapidement, et puis quoi ? Selon M. McCrindle:

“Cette génération poursuivra ses études plus longtemps, commencera à gagner sa vie plus tard et restera donc à la maison avec ses parents plus longtemps qu’auparavant.”

Même s’il semble que les Alphas pourraient retarder certains aspects de l’âge adulte, ils doivent être respectés en tant que vecteurs d’achat puissants. Voici quelques exemples du type de biens qu’ils pourraient être intéressés à acheter:

  • Les écrans, les écrans, les écrans: On ne les appelle pas adolécrans (« screenagers« ) pour rien. Cette génération sera la plus connectée, que ce soit par le biais de leurs téléphones, d’appareils portables ou de lunettes. Ils chercheront des moyens de plus en plus sophistiqués d’interagir avec leur technologie à la maison, à l’école et au travail. Les voitures continueront d’évoluer pour répondre à leur demande de transport sans conducteur, afin qu’ils puissent continuer à se concentrer sur leur technologie tout en étant transportés d’un endroit à l’autre.
  • L’intelligence artificielle: La génération Alpha recherchera davantage de produits qui savent intuitivement ce qu’ils veulent et ce dont ils ont besoin, et qui peuvent interagir d’une manière plus adaptée à leur personnalité unique.
  • La neutralité du genre: Certaines marques commencent déjà à s’éloigner des concepts traditionnels de produits pour « filles » et « garçons ». Elles éliminent les rayons séparés dans les magasins et se débarrassent des étiquettes roses et bleues identifiant le genre. À leur place, les spécialistes du marketing du futur devront communiquer de manière à attirer tous les consommateurs potentiels, et pas seulement un segment.
  • La conscience sociale: En plus d’être de bons fournisseurs de produits ou de services, les entreprises devront peut-être démontrer à cette génération qu’elles sont également des citoyens sensibilisés aux questions sociales. Cette nouvelle génération est plus susceptible d’acheter auprès d’entreprises qui ont un impact positif ou qui contribuent à des causes sociales qu’elle soutient, mais cela peut être une arme à double tranchant car elle est également susceptible de ne plus acheter auprès d’entreprises qui contribuent à des causes qu’elle ne soutient pas.

C’est un nouveau millénaire, un nouveau siècle et une nouvelle génération – alors préparons-nous dès maintenant à communiquer efficacement avec la génération Alpha! Toast Studio suit les dernières tendances du marketing de contenu depuis plus de 20 ans. Notre objectif est d’aider les diffuseurs, marques et les annonceurs à mieux communiquer avec les groupes démographiques cibles par le biais de plates-formes médiatiques numériques et traditionnelles. Faites appel à l’un de nos experts en contenu ou inscrivez-vous à notre infolettre pour rester informé des dernières tendances en matière d’audience générationnelle.

[Publié initialement le 8 février 2020, dernière mise à jour le 28 juin 2021].

Personas: un élément essentiel de votre stratégie de contenu

Connaissez-vous votre audience?

En créant des personas, vous facilitez le processus de décision sur la façon dont vous bâtirez votre écosystème de contenu, quelles plateformes vous utiliserez, le ton que vous prendrez, quels types de contenu vous créerez.

 « [Les personas] sont une méthode de segmentation du marché dans laquelle nous rassemblons une combinaison de données qualitatives et quantitatives afin de créer des archétypes des membres de l’audience que nous ciblons. »

Michael King, contributeur chez Moz, a publié un article TRÈS COMPLET sur les personas, les outils à votre disposition pour aider à les créer, comment faire votre recherche qualitative et quantitative, etc.

C’est une mine d’or, une référence sur le sujet.

Vous ne le lirez sûrement pas d’une traite immédiatement, mais j’ai le sentiment que vous garderez cet article près de vous, pour le moment où vous aurez à bâtir votre liste de personas. Une ressource « must keep » pour un bon bout de temps. Gardez-le en signet.

Un monstre de presque 12 000 mots. N’ayez pas peur.

Une lecture de près d’une heure. Un article complet dédié à mieux connaître votre audience. Une étape essentielle dans la construction votre stratégie de contenu: les personas.

Alors que la fragmentation des médias continue de grandir, il devient de plus en plus important de savoir à qui vous publierez votre contenu. Les connaître sur une base quasi personnelle. Ce qu’ils aiment, comment ils pensent, qui ils sont.

Alors que les médias, annonceurs et éditeurs ciblent des marchés de plus en plus nichés (et c’est ce qui sera la clé dans un futur proche: éviter de cibler la masse, qui rend souvent la mesure plus difficile), les personas donnent une personnalité à ceux que vous ciblerez avec votre contenu.

 

Empathie et attention

 

 

« L’attention est la forme de générosité la plus rare et la plus pure. » – Simone Weil

 

Depuis plusieurs mois, je me questionne sur ce qu’est l’attention, comment l’obtenir, comment la conserver lorsqu’on l’obtient de quelqu’un d’autre, etc.

Dans les conférences que je donne, je parle très souvent de l’importance du fait que lorsqu’une personne visionne ou lit votre contenu, elle consent à vous donner une partie de l’attention qu’elle possède dans sa journée.

C’est à vous d’en prendre soin et de faire en sorte qu’elle ne regrette pas ce geste et qu’elle vous en donne à nouveau la prochaine fois.

C’est essentiellement un échange. Vous lui donnez de la valeur, et cette personne vous donne de l’attention. Si la valeur est là, la relation de confiance se bâtit et vous aurez à nouveau son attention à la prochaine occasion qu’elle aura.

Le contenu que vous produisez se doit donc d’apporter de la valeur, et cette perception de valeur peut être très différente d’une personne à l’autre. D’où l’importance de bien connaître votre audience, vos personas, et d’être en mesure de faire preuve d’empathie.

Benoit Giguère, vice-président, création et contenu chez Brandbourg, a selon moi une excellente façon d’expliquer ceci: Imaginez comment différentes personnes perçoivent une vache entre vous, un boucher, un vétérinaire, un enfant, etc.

La même vache est très, très différente pour chacune de ces personnes.

Dans un article publié du côté de Brain Pickings, on peut découvrir un excellent livre qui démontre le tout: « On Looking: Eleven Walks with Expert Eyes. » L’auteure, Alexandra Horowitz, a fait le tour du bloc, chez elle à New York, avec 11 experts d’horizons très différents. Un géologue, un artiste, un concepteur sonore, etc.

La perception et la façon avec laquelle chacun voit/vit le même pâté de maisons sont fascinantes.

L’article fait un excellent résumé du livre (et très approfondi… 37 minutes de lecture!), mais je ne l’ai pas lu au complet.

Pourquoi?

J’ai immédiatement commandé le livre.

 

Utiliser l’empathie dans vos initiatives de contenu

 

Avoir une compréhension approfondie de votre audience est essentiel. Vous le savez. Elle joue un rôle clé dans la création d’un solide lien avec elle.

 

Comment utiliser les données sociales et la science de la psychologie pour établir un lien avec les personnes pour lesquelles vous produisez du contenu?

On en parle souvent, il y a trop de contenu. Et pour la grande majorité, ce n’est pas tout à fait de la très haute qualité. Alors, comment se différencier de la masse?

Une des façons est de se concentrer sur l’émotion et l’empathie, pour ainsi créer une connexion à un niveau émotionnel plutôt qu’à un niveau fonctionnel trop superficiel.

La science de la psychologie peut vous aider.

Mais comment trouver des idées, des signaux sociaux et des informations qui vous aideront à construire une machine-à-contenu-émotionnel-pilotée-par-des-données?

Dr Jillian Ney a rédigé un guide complet qui vous initie à la psychologie du contenu. Une excellente lecture pour vous aider à vous rapprocher de votre audience. Et elle l’a bien dit: «so you know what makes them tick».

Le guide est structuré de manière très simple, mais efficace:

  • La psychologie des décisions
  • Pourquoi l’empathie est votre super-pouvoir secret
  • Pourquoi vous utilisez probablement les mauvaises données sociales dans votre stratégie de contenu
  • Pourquoi il est temps de donner la priorité au storytelling de la marque
  • Utilisez les données sociales pour un contenu empathique inspirationnel

Avec ses 30 pages, il peut sembler long à lire, mais il regorge d’informations utiles. Il a été écrit pour promouvoir les outils Sysomos/Meltwater, mais vous y trouverez tout de même des informations précieuses que vous pourrez appliquer dans votre propre cheminement vers un contenu plus empathique.

 

La détection d’émotion et votre contenu

 

 

L’empathie et la compréhension de l’état émotionnel des membres de votre audience sont au cœur du succès de votre contenu.

 

Lorsque nous donnons une journée de formation sur la stratégie de contenu et les personas, nous passons un bon moment sur une notion essentielle dans la compréhension et la connaissance de l’audience d’une marque.

L’empathie.  

Elle est définie comme étant la capacité d’une personne à se mettre dans les bottines de l’autre. De comprendre comment la personne se sent, ce qu’elle vit et comment elle reçoit (par exemple) les messages et contenus venant de votre marque.   C’est un élément central dans une approche de Design Thinking, qui veut justement régler une problématique, mais par rapport à son utilisateur, du côté client, plutôt que du point de vue de l’entreprise.

Nous pourrions pratiquement dire que votre connaissance de vos personas est directement reliée au quotient émotionnel de votre entreprise, qui est défini par Mayer et Salovey comme étant « l’habileté à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec les émotions, ainsi qu’à réguler les émotions chez soi et chez les autres. »  

Et ainsi, votre contenu tient-il compte de l’état émotionnel de son lecteur, de son audience à chaque étape du processus d’achat?   La question que plusieurs marketeurs se posent est de savoir s’il serait possible de détecter l’émotion vécue par un consommateur lors de ses interactions avec votre marque. Ça peut se manifester par sa façon de s’exprimer lors d’un appel avec votre service après-vente, mais ça pourrait aussi l’être dans son choix des contenus consommés.

Un article d’Andrew Mort publié par Customer Think fait le point sur la détection des émotions et comment celle-ci pourrait être au service des communications et du marketing de nos marques.   Les gestionnaires de communauté ont déjà débuté l’utilisation de certains outils permettant de filtrer les commentaires et mentions en fonction de l’émotion véhiculée, permettant de se concentrer sur les clients insatisfaits (par exemple).

L’outil Sentinel, développé à Montréal, intègre d’ailleurs un tel filtre dans sa plateforme de gestion des commentaires et mentions.   L’idée ici n’est pas d’espionner votre audience, de jouer dans sa tête pour détecter ses émotions, mais plutôt de vous inviter à réfléchir à l’état dans lequel une personne peut être lorsqu’elle désire s’informer, s’éduquer ou se divertir auprès de votre marque, et d’intégrer cet insight dans le ton et la manière que vous prendrez dans telle ou telle pièce de contenu.

 

Vos personas et l’empathie 

 

 

Être capable de comprendre votre personnalité au plus profond d’elle-même demande une profonde empathie.

 

Dans nos formations en stratégie de contenu, nous passons une bonne partie de la journée à discuter des personas, comment nous devons les comprendre grâce à l’empathie, le design thinking, et comment cela permet à votre programme de contenu dans son ensemble d’être profondément ancré dans les besoins et les désirs de votre audience.

Les spécialistes du marketing doivent faire preuve d’empathie envers leur audience, à tous les niveaux.

La création de contenu ne peut pas être basée sur l’ancien modèle de l’entonnoir de vente. Il vous faut comprendre le problème que votre produit ou service résout, et cadrer le récit que vous raconterez à votre audience à travers cette lentille.

Dans un article de Forbes, Serenity Gibbons approfondit le pourquoi et le comment l’intégration de ces notions peut se faire dans le travail au quotidien ainsi que dans les stratégies développées par les spécialistes du marketing.

S’attaquer aux facteurs humains de motivation, travailler avec des déclencheurs émotionnels et s’assurer que le consommateur est le héros de votre histoire sont trois éléments qui rendront votre stratégie de contenu plus fortement connectée avec votre audience.

Vous aimeriez analyser vos personas et mieux connaître votre audience? Faites-nous signe et planifiez une consultation avec nos experts chez Toast dès maintenant.  
 
 

Êtes-vous vraiment à l’écoute de votre audience?

De nombreux spécialistes du marketing de contenu se limitent à être dans un état de «waiting to content» plutôt que d’écouter leur audience pour voir ce qui fonctionne, ce qui ne fonctionne pas et ce dont elle a besoin.

Chez Toast, nous sommes fiers de mettre l’accent sur la création d’audiences plutôt que simplement sur la production de contenu.

Au final, le contenu que nous produisons existe pour apporter de la valeur à une audience spécifique. Pour les informer, les éduquer ou les divertir.

Mais beaucoup de producteurs de contenu se concentrent trop sur le volet «production» de contenu, et pas assez sur le «pourquoi» de ce contenu.

Pour reprendre les mots de Robert Rose du Content Marketing Institute, ils ne font qu’être dans un état qu’il appelle «waiting to content», une attitude où on ne fait que produire sans trop réfléchir.

C’est la raison pour laquelle nous avons développé des capacités de recherche dans notre offre de services de stratégie de contenu. Notre capacité à recueillir, analyser et développer des «insights» à partir des données d’audience est un élément clé de notre travail.

Dans un article du Content Marketing Institute, Rose fait référence à un rapport de recherche qui fait état des défis pour les marketeurs lorsqu’ils pensent à leurs audiences.

Trônant aux premières et secondes places :

  • «Privilégier les efforts de marketing envers une audience par rapport à une autre.»
  • «Savoir ce qui est le plus important pour une audience.»

Quand on pense aux audiences, à leurs besoins et à leurs attentes, on voit comment il faut faire des choix. Et c’est la partie la plus difficile.

Nous savons qu’essayer de plaire à tout le monde ne fonctionne pas. On finit par ne plaire à personne.

Alors pourquoi cela se fait-il encore en contenu?

Un radiodiffuseur nous a récemment demandé de développer une émission qui vise une cible démographique précise. Mais même là, dans cette audience cible, qui choisirons-nous? L’écoute et la recherche nous aideront à le faire. Nous avons recueilli des rapports et lancé un projet de recherche qui nous permettra de prendre des décisions fondées sur des données.

De plus, au cours de la dernière année, nous avons mené plusieurs initiatives de recherche qui nous ont permis de recueillir des données précieuses sur les attentes et les besoins de divers segments d’audiences, et ces renseignements éclairent les stratégies de contenu que nous élaborons et les productions que nous faisons.

Alors maintenant, comment écoutez-vous votre audience pour produire un contenu pertinent qui s’harmonise avec une stratégie encore meilleure?

Si vous souhaitez discuter d’études d’audience, faites-nous signe et planifiez une consultation avec nos experts chez Toast dès maintenant.

Contenu, comportement et segmentation

Votre contenu est l’outil parfait pour segmenter vos audiences en cohortes bien définies.

Le marketing de contenu est souvent lié à des objectifs relationnels entre une marque et ses consommateurs (B2C) ou acheteurs (B2B).

C’est en effet le meilleur moyen, avec une approche cohérente et un calendrier éditorial bien pensé, de maintenir le lien et de rester en tête de liste, grâce à un contenu apportant de la valeur et des thématiques pertinentes qui informent, éduquent ou divertissent.

Mais avez-vous pensé à quel point ce même contenu peut être puissant pour détecter l’intention et le comportement de vos auditoires ?

Créez-vous des cohortes d’audience (segments de visiteurs de votre site Web par exemple) en fonction de ce que vous pouvez détecter à partir des pages qu’ils visitent ? Vous pourriez, par exemple, placer les visiteurs dans une catégorie qui représente les consommateurs qui se trouvent actuellement en haut de l’entonnoir (« top of funnel »), simplement par le type de vidéo qu’ils ont regardé ou d’article qu’ils ont lu.

Le média que vous achetez est très utile pour créer des audiences que vous reciblerez, mais ces initiatives sont souvent utilisées pour les consommateurs au bas de l’entonnoir d’achat (« bottom of funnel »).

Votre contenu devrait attirer les gens, peu importe où ils se trouvent dans leur processus de décision ou d’achat. Vous devriez avoir un contenu qui soutient chaque étape du parcours d’achat de votre audience, et ce contenu devrait conduire à la création de cohortes que vous pouvez par la suite contacter régulièrement (via une séquence de « nurturing » par exemple) ou peut-être même faire un contact direct immédiat avec un « call to action », le tout en fonction de leurs activités avec votre contenu.

C’est le type de réflexion que nous intégrons dans chaque stratégie de contenu que nous créons avec nos clients.

Des outils tels que Segment.io (que nous utilisons chez Toast) et d’autres permettent d’exécuter ce processus de segmentation et apportent un nouvel éclairage sur le retour sur investissement que vous pouvez obtenir du marketing de contenu.

Brafton, une agence de contenu située en Australie et aux États-Unis, a publié un bon article sur le sujet, qui explique comment vous pouvez utiliser les données existantes, mais aussi les sources de données en direct, pour aligner vos programmes de segmentation.

Souhaitez-vous discuter des possibilités de segmentation avec votre contenu? Faites-nous signe et planifiez une consultation avec nos experts chez Toast dès maintenant.

Les consommateurs ont évolué et s’attendent à plus de votre part

Les consommateurs s’attendent à être informés, éduqués et divertis de la meilleure façon possible.

 

Le système publicitaire actuel est très bien monté. Il existe des études de cas, des livres, des cours et une quantité astronomique de données qui démontrent que les consommateurs peuvent être influencés à acheter grâce à une série d’interruptions. Le modèle en entier est bâti sur le modèle de l’interruption.

 

Mais ce modèle ne fonctionne plus.

 

Les données du passé ne représentent plus le consommateur d’aujourd’hui.

 

Le comportement des consommateurs évolue à une vitesse effarante depuis un peu plus d’une décennie.

 

Et ceci est dû à la croissance tout aussi catastrophique du nombre d’interruptions vécues.

 

Dans une étude du livre « Friction », on a découvert qu’en moyenne, nous sommes exposés au message d’une marque toutes les 2.7 secondes lorsque nous consultons nos appareils électroniques.

 

Ça fait beaucoup d’interruptions !

 

Si une marque n’est pas en mesure d’apporter de la valeur, il est quasi impossible de se démarquer et de faire une réelle différence dans l’esprit des consommateurs.

 

Ces consommateurs sont dorénavant à la recherche de contenu qui les informe, les éduque, les divertit, qui les rend meilleurs dans ce qu’ils sont et qui leur permet de prendre de meilleures décisions d’achat.

 

Ils sont devenus allergiques aux interruptions.

 

Ceci est vrai sur les réseaux sociaux, en ligne, à la télévision, partout.

 

Comment votre marque se positionne-t-elle dans ce spectre de l’apport de valeur ?

 

Cette réalité est au cœur de la raison d’être de Toast. C’est ce qui nous motive à produire le meilleur contenu possible.

 

C’est aussi à la racine du livre publié par Jeff Rosenblum, « Fiction, Passion Brands in the Age of Disruption » dont on peut retrouver un extrait sur le blogue de Branding Strategy Insider.

 

Cette réalité n’est pas le futur, c’est le présent. Vos consommateurs et vos audiences ont des besoins et des attentes qui ont évolué et qui continueront de le faire. Serez-vous bien positionnés pour les suivre ?

 

Que pensez-vous de votre capacité à bien connaître les besoins et les attentes de vos audiences? Faites-nous signe et planifiez une consultation avec nos experts chez Toast dès maintenant.

Votre audience: cause ou conséquence?

La communauté issue de votre marque est une conséquence de la valeur que vous lui avez apportée.

Vous posez-vous les bonnes questions lorsque vient le temps d’avoir comme objectif de bâtir l’audience et la communauté de votre marque?

Dans beaucoup de cas, nous constatons que pour certaines marques, l’objectif est de d’abord faire croître la communauté pour éventuellement leur publier des articles, des photos magnifiques sur Instagram ou de les faire avancer dans leur processus d’achat, mais nous y voyons une grande erreur.

La croissance de votre communauté est le résultat de la valeur que lui aurez apportée. Elle est le résultat des articles publiés, des superbes photos sur Instagram et la relation que vous aurez créée.

Les gens suivent votre marque parce qu’ils en veulent plus. Parce qu’ils y ont vu de la valeur dans le passé et qu’ils désirent poursuivre l’aventure.

Une personne ne suivra pas votre marque dans la simple espérance que vous publierez quelque chose d’extraordinaire dans le futur.

Lorsque votre marque a peu d’abonnés, peu de membres, vous pouvez avoir l’impression de « publier dans le vide », mais vous êtes en fait en train de bâtir votre valeur, et éventuellement votre communauté.

Il est possible d’accélérer, par différentes méthodes, la croissance d’une communauté, mais si ces méthodes ne sont pas basées sur un fort apport de valeur, vous vous retrouverez avec une communauté très peu engagée dans le futur et croyez-moi, ce problème peut être encore pire que de ne pas en avoir du tout!

Un article de Rachel Sullivan publié du côté de Business2Community aborde justement ce sujet, mettant de l’avant la grande importance de la valeur, bien au-delà des chiffres.

Et vous, quelle est la valeur qu’apporte votre marque à son audience actuelle et future?

Si vous désirez optimiser votre stratégie de croissance d’audience, faites-nous signe et planifiez une consultation gratuite avec nos experts chez Toast dès maintenant.

Comment définir votre audience minimum viable

Votre marque devrait cibler la plus petite audience possible.

Dans le monde des startups, vous avez peut-être déjà entendu parler de l’expression « produit minimum viable. »

Ce concept vise à ce qu’une entreprise mette sur le marché son produit le plus rapidement possible, même s’il n’a pas toutes les fonctionnalités désirées, mais un produit qui permet de tester le marché, évaluer le potentiel, le tout de façon très concrète.

De quoi aurait l’air ce même concept en marketing de contenu?

Audience. Minimum. Viable.

En effet, si on applique les mêmes notions dans notre propre discipline, une marque doit se concentrer sur sa propre audience, mais une audience sans artifices, précise, pouvant générer des revenus à l’entreprise.

La plus petite audience possible.

Je parle souvent de l’importance de bien cibler son audience, d’adapter ses contenus en fonction de celle-ci.

Alors quelle est cette plus petite audience possible qui pourrait permettre à votre marque de survivre?

Qui doit-elle rejoindre au minimum?

En définissant le plus précisément possible votre audience, bien sûr vous ne mettrez pas de temps sur certains pans de la population mais ne vous inquiétez pas, ceux-ci seront sûrement très intéressés quand même par ce que vous écrirez, produirez, etc.

Cependant, votre message sera clair. Et il sera facile à produire, car vous n’aurez pas à considérer toutes sortes de variations dans la connaissance de votre produit, votre marché, dans la séniorité des lecteurs, etc.

Pour en lire plus sur le sujet, je vous recommande cet article de Seth Godin, le roi de l’article court.

Prenez le temps de réfléchir à votre propre audience minimum viable, et si vous désirez la développer plus en profondeur, entrez en contact avec nous chez Toast.

Comment utiliser le big data et la psychométrie en production de contenu

Vous ciblez vos audiences, mais ciblez-vous vos contenus?

Trop souvent, les agences utilisent la recherche et les données afin de justifier leurs créations. Les bonnes idées viennent avant les données. Dans notre jargon, nous appelons ça le « guesstimate » – on devine, on estime, parfois c’est appuyé par les résultats d’une campagne antérieure, par l’instinct ou par l’expérience de vie.

Clairement, c’est une approche plutôt imparfaite.

L’optimisation du contenu selon la personnalité.

La persuasion dépend du niveau d’appréciation et de confiance que l’on a d’une source. Comme nous avons tendance à nous associer et nous lier à nos semblables, une source similaire à nos valeurs sera perçue comme plus crédible et de confiance. Puisque notre cerveau est programmé pour favoriser les décisions émotives, l’adaptation d’un message aux traits de notre personnalité en augmente son impact.

Comme on le sait, les Milleniaux ou les Boomers ne sont pas tous les mêmes. Ils sont ouverts d’esprit ou non, extravertis ou non, etc. La segmentation en fonction du profil psychologique et comportemental a parfois beaucoup plus de sens qu’une simple segmentation par profil démographique.

La petite histoire de la psychométrie sur Facebook

Le Dr Michal Kosinski, un psychologue et scientifique de données, a prouvé qu’à partir d’un minimum de 68 « likes » sur Facebook, il est possible de prédire la couleur de peau (à 95%), l’orientation sexuelle (88%) et les convictions politiques (85%).

À l’aide d’un panel de plus de 80,000 volontaires ayant répondu à plus de 100 questions, il a prouvé la co-relation directe entre les pages Facebook que l’on aime et notre profil psychométrique. Son algorithme a une précision supérieure à nos collègues de travail ou nos amis!

Ses recherches et découvertes ont largement inspiré les firmes de données américaines et britanniques derrière les campagnes de persuasion du Brexit et de l’élection du dernier président américain. Lors d’une campagne publicitaire test menée par The University of Cambridge Psychometrics Center, les contenus optimisés pour la personnalité des publics ciblés étaient deux fois plus rentables que celles qui ne l’étaient pas.

Les données psychométriques et comportementales seront les armes secrètes des marques.

Une bonne idée sans données pour la supporter, ça ressemble à ça.

L’objectif d’une stratégie de contenu est de trouver les points communs entre la marque et l’audience et toucher les cordes sensibles. Notre rôle comme stratèges et créateurs de contenu est de trouver les vecteurs du comportement et les leviers émotifs de persuasion pour induire un passage à l’action.

Votre avantage injuste

L’utilisation de données pertinentes permet aux petites et moyennes entreprises de rivaliser avec les gros joueurs de leur industrie. Pour votre stratégie de contenu, vous n’avez donc pas besoin d’un drone, d’une vidéo virale ou d’un humoriste, mais plutôt d’un vrai plan de match appuyé par des données.

Cette approche vous procurera un avantage injuste face aux grosses campagnes publicitaires de votre compétition – ou ce qu’on appelons chez Toast le “spray and pray.”

Par où commencer?

Chez Toast, nous sommes des créateurs, des growth hackers et des intégrateurs de technologies. Nous faisons le lien entre les données, la créativité, vos besoins d’affaires et votre audience. Pour en savoir plus, écrivez-nous un courriel: gravel@gotoast.ca

Sources

HOMOPHILY Chu, S. C., & Kim, Y. (2011). Determinants of consumer engagement in electronic word-of-mouth (eWOM) in social networking sites. International journal of Advertising

PERSONALITY J. Hirsh, S. Kang and G. Bodenhausen (2012). Personalized Persuasion: Tailoring Persuasive Appeals to Recipients’ Personality Traits. Psychological Science

Marketers can learn from Trump with the science of persuasion

An fMRI study of motivated reasoning: Partisan political reasoning in the U.S. Presidential Election

The importance of emotions in advertising

 

Contenu « sans » marque: Chipotle produit une série pour enfants

Chipotle fait la promotion de ses valeurs aux 7-10 ans dans une série de 6 épisodes.

La marque est connue pour ses initiatives de contenu de marque. Elle fut applaudie en 2013 pour son film « The Scarecrow », puis en 2014 pour la série « Farmed and Dangerous ».

Ces deux campagnes mettaient l’accent sur l’importance de l’utilisation d’ingrédients frais, d’agriculture responsable, etc.

La nouvelle série, « RAD Lands », cible un profil démographique plus jeune, une audience à qui ils ne se sont pas adressé directement dans le passé: les préados.

L’histoire se déroule dans l’espace où une équipe appelée « The Cultivators » a comme mission de sauver les animaux et les plantes de la galaxie. On y retrouve aussi des segments où des musiciens connus viennent faire des prestations, ainsi que de la cuisine avec des grands chefs.

Comme dans les initiatives précédentes de Chipotle, ce contenu vise à faire la promotion des valeurs de la marque: repas frais, ingrédients frais, agriculture responsable.

Chipotle en fera la promotion dans différentes campagnes payantes, ciblant les familles, mais ne fera pas de promotion de la série dans ses restaurants.

Que pensez-vous de cette série/campagne? À chaque initiative d’une marque ciblant les enfants, on sourcille quelque peu, mais est-ce bien fait cette fois?

Je vous invite à lire l’article complet de Advertising Age sur le projet.

TOUT votre contenu tombe dans 1 de ces 8 moments

62% des marketeurs de contenu croient que leur stratégie de contenu est inefficace.

Pourquoi les consommateurs interagissent-ils avec nos marques? Pourquoi regardent/lisent/écoutent-ils notre contenu?

Afin de répondre à ces questions, AOL a effectué une impressionnante étude globale (explorant plus de 55000 interactions que 32000 consommateurs ont eu avec du contenu en ligne) qui s’est étendue sur plusieurs pays, incluant le Canada (autant les marchés anglophone que francophone, nous savons tous à quel point ils peuvent être deux solitudes très différentes).

Ils en sont arrivés à une conclusion fascinante: ils ont découvert huit motivations universelles ou « Moments de contenu » (Content Moments).

À tout moment où un consommateur a un engagement avec un contenu, il tombe dans un de ces huit moments. Ils sont mutuellement exclusifs et couvrent l’ensemble du spectre des besoins et motivations de votre audience.

Les voici, dans le désordre:

  • Inspiration: nouvelles idées, désir d’essayer quelque chose de différent ou de voir les choses d’un nouvel angle
  • Information: recherche d’idées pertinentes, des dernières nouvelles
  • Découverte: désir de réponses ou conseils, recherche sur un sujet précis
  • Réconfort: recherche de soutien ou perspectives
  • Connexion: intérêt d’apprendre quelque chose de nouveau, de faire partie d’une communauté
  • Bien-être: moment qui fait chaud au cœur pour se remonter le moral ou se détendre
  • Divertissement: recherche d’évasion, pour s’offrir une pause mentale ou se remonter le moral
  • Mise à jour sociale: recherche d’information, en mode détente, pour rester au courant et s’offrir une pause mentale

En lisant cette liste pour la première fois, vous avez peut-être le sentiment qu’il y a de l’overlap, mais faites le test. Vous tomberez toujours dans un seul des huit moments lorsque vous consommez du contenu (mais notez que deux personnes peuvent tomber dans deux moments différents pour la même pièce de contenu).

Chaque moment naît de motivations différentes et chacun a une conséquence différente. Par exemple, après avoir été dans un moment de divertissement, une personne sur cinq a partagé son expérience en personne ou en ligne.

Et c’est ici que le tout devient très intéressant. En bâtissant votre stratégie de contenu, gardez en tête le moment précis que vous visez, en tenant compte de l’état d’esprit de votre audience à ce moment précis.

Et bien connaître votre audience ne peut qu’aussi aider. La recherche a démontré que les Canadiens français ont plus de chance d’être dans des moments de Découverte, Divertissement et Bien-être, tandis que les Canadiens anglais ont plus de chance d’être dans des moments de Réconfort, Mise à jour sociale et Connexion.

Enfin, votre marque ne devrait pas se concentrer sur un seul moment pour tout son contenu. Toute stratégie de contenu devrait prévoir un portfolio varié des huit moments.

Je vous invite à visiter le microsite d’AOL, il contient plusieurs statistiques additionnelles, tirées de cette grande étude globale.