Contenu éducatif : La chaîne YouTube de Primitive Technology

Des chaînes YouTube comme Primitive Technology sont de parfaits exemples de la façon dont un contenu éducatif de longue durée apporte beaucoup de valeur à votre audience. Les marques pourraient faire de même.

Je suis tombé sur la chaîne Primitive Technology YouTube il y a quelques années, par l’intermédiaire de mon fils aîné lorsqu’il m’a suggéré que l’on regarde quelques vidéos ensemble.

Le principe est assez simple. Un homme marche dans les bois et, de ses mains nues et quelques outils rudimentaires qu’il a lui-même fabriqués, construit une fournaise, une maison, une piscine, etc.

Fascinant.

Si vous n’avez pas encore vu certaines de ses créations, je vous invite à le faire dès maintenant.

Mais attention, les vidéos sont longues. Elles n’ont pas de textes parlés (personne ne parle, pas de voix off, rien).

Mais il y a de fortes chances que vous restiez collé à votre écran.

Il s’agit d’un mélange de la tendance à la télévision lente (« Slow TV ») qui a commencé il y a quelques années, combiné avec un contenu éducatif qui vous montre, en détail, comment effectuer une certaine tâche.

En date de janvier 2020, la chaîne YouTube Primitive Technology compte 9,98 millions d’abonnés!

Cela nous indique, à nous les spécialistes du marketing, que la façon dont l’information et le contenu éducatif sont partagés a beaucoup évolué et que les gens ressentent le besoin en contenus qui leur apprennent à faire quelque chose.

Les vidéos de bricolage (style « DIY ») ne sont pas nées d’hier me direz-vous.

Mais le niveau auquel des vidéos comme celle de John Plant de Primitive Technology réussissent à attirer des audiences importantes témoigne du potentiel énorme d’un contenu éducatif de longue durée.

Est-ce que votre marque pourrait faire cela? Y a-t-il un angle mort dans le contenu actuellement proposé à vos clients où votre marque pourrait être celle qui leur enseigne les compétences et les techniques qu’ils cherchent à apprendre?

Christopher Keelty a écrit un article très intéressant sur le sujet et donne d’autres exemples du nombre de chaînes YouTube qui apportent ce genre de valeur sur Internet.

Il est vrai que la quasi-totalité des connaissances humaines est désormais disponible en ligne. Mais il y a de fortes chances qu’il y ait une place pour vous, votre marque.

Vous voulez discuter du contenu éducatif pour votre marque? Contactez avec un expert et planifiez une consultation avec nos experts chez Toast dès maintenant.

YouTuber? Nouveau hobby pour les célébrités?

De plus en plus de célébrités se tournent vers YouTube et créent des audiences importantes.

Les audiences sur YouTube ne cessent de croître.

La plateforme est presque omniprésente et est devenue le deuxième moteur de recherche le plus populaire ces dernières années.

Des utilisateurs de toutes les générations utilisent la plateforme pour regarder des contenus qui correspondent à leurs intérêts de niche, des contenus que vous n’auriez jamais pu voir sur les chaînes d’une grande entreprise médiatique.

Et les célébrités s’y tournent maintenant et y bâtissent un « side hustle », se créant une audience propre (bien que nous puissions débattre si une audience que vous créez sur YouTube est vraiment VOTRE audience propre ou, une fois encore, une audience «louée» fournie par une plateforme).

Un article du Hollywood Reporter plonge en détail dans cette dernière tendance, avec des exemples tels que Zac Efron, Jason Momoa, Alex Rodriguez et Jennifer Lopez.

L’article explique comment certaines de ces célébrités comblent actuellement le fossé entre une célébrité hollywoodienne traditionnelle et une star numérique.

C’est le type de contenu avec lequel les vidéos de votre marque seront comparées, de plus en plus. Comment votre marque réagit-elle à cela? Cela pourrait-il avoir un impact potentiel sur votre stratégie vidéo YouTube?

Si vous souhaitez discuter de votre stratégie vidéo YouTube faites-nous signe et planifiez une consultation avec nos experts chez Toast dès maintenant.

Stratégie vidéo: A&W + Beyond Meat

Une combinaison d’audiences d’affinité et de séquençage vidéo a permis à A&W de trouver son audience.

Au Canada, le lancement de la boulette végétale Beyond Meat a fait grand bruit et continue d’attirer les clients chez A&W.

L’introduction de ce produit dans ses restaurants a fait en sorte qu’A&W s’est positionnée sur le marché comme étant une chaîne de restauration rapide ayant réellement l’environnement et les préférences alimentaires de ses clients à cœur.

C’est avec ce positionnement en tête que l’équipe marketing de la chaîne a lancé sa campagne vidéo, sur YouTube notamment.

Dans un article de Think With Google, on y découvre l’approche au niveau du message, mais aussi une partie de la stratégie vidéo ayant été déployée sur YouTube.

Le ciblage s’est notamment concentré sur deux vecteurs principaux :

  1. Les enthousiastes d’environnement et de conscience écologique
  2. Les amateurs de restauration rapide

Ces 2 audiences par affinité furent ciblées par des messages adaptés (A&W avait placé son food truck et offrait des échantillons dans différents festivals sur l’environnement, et aussi dans des festivals plus adaptés à la restauration rapide), puis reciblées par un message plus court (6 secondes), plus direct, invitant à visiter un restaurant.

L’article et la vidéo qui l’accompagne donnent quelques détails additionnels sur l’approche et la stratégie de l’équipe d’A&W Canada, mais ce qu’on peut en retirer c’est la manière avec laquelle ils ont été en mesure de créer des messages et des créatifs adaptés en fonction de l’audience ciblée, sans y déployer de trop gros budgets de production. C’est le ciblage et la connaissance de la cible qui est au cœur du succès d’une telle campagne.

Si vous désirez explorer le potentiel de votre audience et la stratégie vidéo que pourrait avoir votre marque, faites-nous signe et planifiez une consultation gratuite avec nos experts chez Toast dès maintenant.

Les sous-titres: vieille technologie, nouvelles applications

Nos habitudes de consommation de contenu vidéo ont fait remonter l’importance et la pertinence du sous-titrage.

Avant que Facebook fasse passer les contenus vidéo de son fil de nouvelles en mode « autoplay » sans son il y a quelques années, nous parlions très peu de sous-titrage.

Cependant, depuis, l’ensemble des projets vidéo que nous produisons pour nous clients sont systématiquement sous-titrés afin de permettre un visionnement sans son, très souvent lorsque ces vidéos sont visionnées de façon ad hoc dans un fil de nouvelles Facebook, Instagram ou autre.

Nous sommes une génération de consommateur de contenu pour qui les sous-titres ne sont plus un outil destiné aux personnes ayant un trouble de l’ouïe, mais bien un outil nous permettant de visionner plus de contenu, dans des contextes plus variés qu’avant.

Pas d’écouteurs et dans un autobus bondé? Pas de problème. Insomnie et désir de ne pas déranger sa conjointe? Pas de problème.

Netflix y est pour beaucoup aussi!

Nous écoutons maintenant des séries scandinaves avec la bande-son originale très régulièrement, grâce au sous-titrage.

Et plusieurs écoutent même des séries et longs-métrages dans leur langue maternelle avec les sous-titres. Pourquoi me demanderez-vous? Parce que ça permet de ne rien manquer.

Jason Kottke se posait récemment la question, désirant savoir ce qui rend le sous-titrage si populaire de nos jours. Une discussion Twitter s’en est suivie et d’excellents points ont été soulevés par d’autres utilisateurs, auxquels il fait référence dans son article.

Si le sous-titrage fait partie de votre vie (personnelle ou professionnelle), je vous invite à lire l’article de Jason, et aussi celui de Lance Ulanoff qu’il mentionne à la toute fin (où on y parle de déficit de l’attention notamment). Très intéressant!

Bon sous-titrage.

Fortnite + Marshmello

Les plus récents exemples de contenu de marque poussent le modèle encore plus loin.

Dans votre entourage, vous connaissez sûrement des joueurs de Fortnite. Ce phénomène du jeu multijoueur massif en ligne n’est pas prêt de s’éteindre!

Epic Games, l’entreprise derrière ce succès, vise à transformer ce qui est présentement un jeu comme on les connait, en une plateforme de communication, un immense réseau social. Fortnite est d’ailleurs présentement le moyen de communication principal de plusieurs jeunes.

Pour les plus vieux dans la salle, Epic Games semble travailler à recréer Second Life, qui pourrait très bien fonctionner cette fois, sans réellement avoir voulu en arriver là au départ.

La marque Fortnite a d’ailleurs récemment créé un contenu destiné à sa base de joueurs, un contenu qui a attiré plus de 10 millions de joueurs en même temps pour l’événement.

10. Millions. De. Joueurs.

Comment ont-ils fait?

Ils ont invité, dans l’environnement du jeu, un artiste de EDM (Electronic Dance Music) très, très populaire ces temps-ci: Marshmello.

Si vous saviez comment ceci a excité mes garçons de 8 et 11 ans… (On pourra cependant reparler de la dimension de publicité aux enfants dans un autre article.)

L’artiste a fait un concert d’une dizaine de minutes, en direct, qu’il est maintenant aussi (évidemment) possible de visionner sur YouTube. Au moment d’écrire ces lignes, le concert intégral a accumulé plus de 27M de visionnages sur YouTube seulement.

 

 

On a ici un excellent exemple d’une marque connaissant très bien son audience et qui utilise un influenceur comme levier pour la cocréation d’un contenu qui permettra de la mettre en valeur et de démontrer sa capacité à « connecter » avec ses consommateurs.

Le tout dans un jeu où la danse est un attribut-clé de l’expérience en ligne. Qui est le meilleur danseur de floss parmi vous?

Cet exemple est tiré d’un article très intéressant de David Bloom sur Tubefilter qui résume un récent panel sur le contenu de marque qui a eu lieu dans le cadre du Digital Entertainment World 2019.

Bloom va un peu plus dans le détail de cet exemple Fortnite+Marshmello, mais décrit aussi plusieurs exemples récents provenant de Microsoft, Fandango, Dollar Shave Club et certains autres.

Et vous, comment pourriez-vous utiliser votre propre marque comme levier de contenu pour votre audience?

Si vous désirez explorer un peu plus le potentiel de contenu que détient votre marque, contactez-nous et faites-nous part de vos projets actuels et nous pourrions vous accompagner dans votre démarche de mise en place d’une nouvelle dimension à votre stratégie de contenu.

L’intérêt mystérieux de YouTube et Facebook pour d’anciens films et émissions

Dans la dernière année, YouTube et Facebook ont obtenu les droits de diffusion d’anciens films et séries télévisées. Voici pourquoi.

Le sujet est pertinent tant pour ceux qui sont dans l’industrie des médias que pour ceux qui sont du côté marketing de contenu.

Vous souvenez-vous de YouTube Red (circa 2015), maintenant devenu YouTube Premium? Avez-vous passé du temps dans l’onglet Facebook Watch depuis son lancement?

Et bien si les réponses sont non à une et/ou à l’autre de ces questions, vous n’êtes pas les seuls et les deux géants tentent présentement différentes tactiques pour attirer leurs utilisateurs vers ces plateformes et pour lesquelles ils désirent mettre de l’avant des séries et des longs-métrages originaux (à-la-Netflix).

Une de ces tactiques est d’obtenir les droits de diffusion (rediffusion serait même plus précis) d’anciennes propriétés populaires n’étant présentement pas disponibles ailleurs (Prime, Netflix, Apple, etc.).

Pensez Rocky, Terminator, Legally Blonde, Buffy the Vampire Slayer, etc.

L’idée? Attirer l’auditoire avec ces propriétés afin de lui « pousser » des productions originales après le visionnement (un peu comme le font les grands réseaux américains afin de bâtir la notoriété d’une nouvelle série).

Simon Owens a rédigé un excellent article sur le sujet, poussant l’analyse un peu plus loin et en donnant différents détails sur la situation actuelle du côté de Facebook Watch et YouTube Premium. Je vous laisse en prendre connaissance et explorer ce qui pourrait être pertinent dans ceci par rapport au contexte spécifique de votre marque.

YouTube sur le point de dépasser Facebook

Comment va votre stratégie vidéo?

Si je vous posais cette question aujourd’hui, que me répondriez-vous?

Produisez-vous autant de contenu vidéo que vous le souhaiteriez? Celui que vous produisez vous donne-t-il des résultats probants? Avez-vous le sentiment que la distribution et le déploiement de celui-ci se font de façon optimale?

Ce sont toutes des questions que les dirigeants en marketing et dans l’industrie des médias se posent chaque jour.

Et l’importance que nous devons accorder à la distribution de nos contenus vidéo ne va pas en ralentissant.

C’est maintenant clair, Facebook vit un ralentissement. Les taux d’engagement ont grandement changé depuis 1 an, les stratégies à adopter sur cette plateforme sont en constante évolution et le trafic est à la baisse.

De l’autre côté, chez YouTube, tout va bien. La plateforme vit une croissance renouvelée, bien que modeste. Elle s’apprête d’ailleurs à passer en 2e position des sites les plus visités aux États-Unis d’ici quelques mois, dépassant Facebook!

Ce n’est pas rien.

La locomotive Facebook ralentit et YouTube, la plateforme de choix pour la consommation de contenu vidéo, prend de la vitesse.

Même si les plus récentes données révèlent que c’est la photo et les images qui génèrent le plus grand engagement (et non la vidéo), votre stratégie vidéo se doit d’être claire et performante.

Cet article de Hubspot dresse un portrait clair de la situation actuelle entre Facebook et YouTube, mais prenez aussi du recul et posez-vous la question sur votre propre situation en termes de stratégie de distribution vidéo.

Les bons outils et les meilleures pratiques sont-ils en place? Ce que vous anticipez cette année en termes de production est-il optimal en fonction des budgets disponibles?

Nous pouvons vous accompagner dans ces évaluations pour la mise en place d’une stratégie vidéo performante. N’hésitez surtout pas à nous contacter.

Produire la vidéo sociale parfaite

Hootsuite partage 4 ingrédients qui constituent la recette parfaite pour vos vidéos sociales.

Ce n’est pas un secret, les vidéos sociales sont au coeur de grand nombre de stratégies de contenu.

Une vidéo sociale est une vidéo produite et destinée à générer de l’engagement et des visionnages sur les réseaux sociaux.

Il y a cependant une série d’éléments qui peuvent faire en sorte que vos vidéos sociales performent encore mieux.

Kaylynn Chong chez Hootsuite a récemment partagé 4 ingrédients qui peuvent vraiment faire une différence dans les résultats et le retour sur investissement que vous obtiendrez des vidéos que vous partagez sur les réseaux sociaux:

  • Elles doivent être courtes et efficaces: Près de deux tiers des consommateurs préfèrent une vidéo de moins de 60 secondes selon une étude d’Animoto.
  • Elles doivent être optimisées spécifiquement pour les plateformes et appareils qu’elles ciblent: Mobile d’abord, visionnage sans son, format carré? Vous devez penser à ces caractéristiques de production.
  • Elles doivent inclure du texte descriptif ou des sous-titres: En lien avec le visionnage sans son mentionné ci-dessus, vous devez considérer les sous-titres et le texte qui apparaîtra à l’écran.
  • Elles doivent avoir un appel à l’action clair: Vous ne produisez pas de la vidéo pour le simple plaisir de le faire. Vous attachez vos vidéos à des objectifs d’affaires. Votre audience devrait donc savoir ce que vous désirez qu’elle fasse à la suite d’un visionnement.

L’article que je vous recommande pointe aussi vers bon nombre de ressources, vous pouvez donc prendre quelques minutes pour le lire, mais si vous avez un peu plus de temps (évidemment que vous avez plus de temps!), cliquez sur les différents liens pour aller plus en profondeur sur le sujet des vidéos sociales.

L’importance des 5 premières secondes d’une vidéo

On répète souvent que les premières 5, 10 ou 15 secondes d’une vidéo sont les plus cruciales sur les médias sociaux. On appelle ce moment l’accroche (hook) ou le tease.

Chaque plateforme évalue ce qu’est “un visionnement » de différentes façons. Le blogue de Buffer a publié un graphique intéressant à ce sujet. Pour Instagram, Facebook et Twitter, un visionnement est compté après seulement 3 secondes. Toutefois, un visionnement ne signifie pas un succès – sauf peut-être sur Youtube, où là le 30 secondes est sans équivoque. Encore faut-il que l’audience ne saute pas votre contenu après 5 secondes s’il est publié en publicité.

Voilà pourquoi les ouvertures, surtout pour les vidéos en mode auto-play, sont primordiales pour vous assurer que l’audience s’arrête vraiment sur votre contenu pour y porter attention. D’autant plus que l’attention moyenne d’un Canadien se situe autour de 8 secondes. Enfin, grâce à l’autoplay muet qui est devenu le nouveau standard, ce fameux hook doit se faire sans son.

Qu’est-ce que le Playbook for Creator de Youtube dit à ce sujet?

  • La première chose que l’audience voit doit être captivante et fascinante.
  • S’adresser directement à l’audience en posant une question ou piquant la curiosité.
  • Favoriser les extraits teaser en montrant un moment intéressant qui se déroule plus tard dans le clip.
 

Quelques trucs et astuces

  1. Selon une étude de Facebook, pour qu’une vidéo fonctionne, 43% de la valeur doit être livrée dans les 3 premières secondes, et 74% dans les 10 premières secondes. (https://www.facebook.com/business/news/updated-features-for-video-ads)
  2. Dire le mot “you” dans un vidéo en anglais augmente vos chances d’être visionné de près de 100%. Plus vous le dites dans les 30 premières secondes, plus cela augmente vos chances d’obtenir de l’adhérence.
  3. Mettez des sous-titres et concevez votre vidéo pour être vu sans le son.
  4. Évitez les logos au début. Le Playbook de Youtube mentionne que 5 seconds de branding et packaging est suffisant dans le corps de votre vidéo. Les vidéos avec le logo au début induisent une plus grande sensibilisation à la marque, mais engendrent moins d’écoute et d’adhésion au message.

 

Quelques bons exemples

 

 

 

 

 

16 benchmarks en marketing vidéo

Des statistiques pour vous aider à mieux saisir la puissance du marketing vidéo.

Vidyard, une plateforme de gestion et de publication vidéo, a récemment publié son rapport « 2017 Video in Business Benchmarks. »

Il contient une foule d’information fort intéressante sur la puissance et l’impact que peut avoir la vidéo sur votre audience.

Ils ont résumé 16 des statistiques-clés dans une infographie (que vous pouvez consulter en cliquant sur le bouton ci-dessous), mais en voici deux qui ont attiré mon attention:

  1. 56% des vidéos publiées dans la dernière année avaient une durée de moins de 2 minutes
  2. La vidéo moyenne conserve 37% de son audience jusqu’à la fin

Maintenant, il faut garder en tête que de ce qu’on peut en déduire de leur méthodologie, ce rapport se concentre sur les vidéos qui sont publiés et déployées sur votre propre site. Il ne couvre pas les vidéos sociales ou celles étant publiées chez les grandes plateformes (YouTube, Vimeo, etc.).

Malgré tout, ce rapport reste très intéressant et pertinent si vous vous intéressez de près ou de loin au marketing vidéo. Une excellente lecture!